Élections : pour s’abstenir, il faut s’inscrire

En France comme ailleurs, en fin d’année précédent une année d’élection, il y a une grosse campagne pour inciter les personnes non inscrites sur les listes à s’inscrire : sinon elles ne pourront pas voter. C’est vrai, mais il faut ajouter :

Si on n’est pas inscrit sur les listes électorales, on ne peut pas non plus s’abstenir.

Au premier abord, ça peut sembler un peu con, non ? S’abstenir de voter, c’est ne pas voter, donc qu’est-ce que ça change d’être inscrit ou pas ? Hé bien si, c’est important. Du moins en France : quand les médias nous donnent les résultats des élections, 2 chiffres ressortent :

  1. Pour chaque candidat, le pourcentage de voix qu’il a eu par rapport au nombre de suffrages exprimés.
  2. Pour l’élection en général, le taux d’abstention.

Le problème des votes blancs ou nuls qui sont regroupés et qui sont peu médiatisés est un autre problème, déjà abordé ailleurs, je n’y reviens pas ici.

Le taux d’abstention est calculé en prenant le nombre de personnes qui n’ont pas voté par rapport à celles qui sont inscrites sur les listes électorales. Une personne non inscrite n’est nulle part dans tous ces chiffres (comme les enfants).

Actuellement en France, en tant que citoyen, si je veux au moment des élections montrer mon mécontentement vis à vis des candidats proposés, le seul moyen est de m’abstenir. Pour gonfler le taux d’abstention, on pense rapidement au moyen n°1 : diminuer le nombre de votants. Logique. Mais le 2ème moyen est d’augmenter le nombre d’inscrits sur les listes électorales. Si ce sont des personnes qui s’abstiennent, bien sûr.

Conclusion :

Si tu comptes ne pas voter car aucun candidat ne te convient, assure-toi d’être inscrit sur les listes électorales. Sinon, ton abstention sera invisible.

Pour s’abstenir, il faut s’inscrire.