Autonomous car? I want it NOW

(Note : cet article est une traduction en anglais de l’article Véhicules autonomes, et plus vite que ça svp !)

Autonomous vehicles are coming, here’s why I look forward to them. Sure, they will have a huge impact on our daily lives, directly or indirectly, but these changes can be great for us.

What’s an autonomous vehicle?

Let’s first hear what Wikipedia tells us about it: “An autonomous vehicle is capable of fulfilling the human transportation capabilities of a traditional car. As an autonomous vehicle, it is capable of sensing its environment and navigating without human input”. Thanks Wikipedia ^_^

The first example is the driverless car: it can go to a given location without having someone controlling the wheel. It can go from point A to point B without a human to drive it: it uses several tools such as the GPS, video cameras and other sensors, plus a lot of computing things. Its cameras act much like us: they can detect road paint on the ground, sidewalks, ditches, etc. and therefore the car remains in the right place on the road. It identifies obstacles (other vehicles, pedestrians, etc.) and acts accordingly: slow down, turn around, stop, restart, etc. It works on existing roads, without them being adapted, and at the same time than other vehicles (autonomous or not).

With an autonomous car, you will not need to concentrate on driving. You will then be able to do something else during the trip: reading, chatting, calling, watching a movie, sleeping, etc.

Other vehicles than cars can be autonomous: transport, freight transport, deliveries, and so on.

End of May 2014, Google demonstrated a new autonomous vehicle: it does not even have a steering wheel nor a pedal!

First benefits

At first, we will recover the time we lose to drive. That’s already a big deal, but it’s just the beginning, as more gains will quickly follow:

  • Less fatigue, less stress. Driving is a stressful activity, which can be tiring. Once a journey is finished, we are usually more tired than before. With autonomous vehicles, it may be the opposite: nothing’s better than a nap to regain energy!
  • Fuel savings and less wear of the car: the softwares that will drive for us are better than us to adjust the engine to the speed. They plan better: the brake pads will be less worn. Driving is softer, with fewer jerks: the car will last longer.
  • Fewer accidents: the number of accidents will decrease because these autonomous vehicles will be better at respecting the traffic laws: speed, safety distances, etc. They have better reflexes than us. But above all, when they become widespread, additional intelligence will appear: vehicles will communicate with each other to adjust their speed and optimize their way through the crossings. Actually, they’ll be smarter on the roads.

More gains

In addition to the first gains listed above, more will come:

1. I will not own a car anymore, but I’ll use several vehicles

For many people, the car is mainly a source of stress and costs than an object of leisure. Driving is not an activity that interests me, although I can understand that this is the case for others. In fact, owning a car is a pain in the a*s (pardon my French).

Its use rate is very low, a few tens of minutes per day on average. It must go regularly to the mechanics. Many checks must be ensured for security reasons (levels wear and tire pressure, condition, light bulbs, etc.). It’s not always fulfilling my needs: I have a minivan that is suitable for my family travel (I have several children), but not to my trips home – work or when going on holiday (we must add a roof box) or for the back and forth at the waste disposal.

With autonomous vehicles, it will be very easy to generalize the rent: you will just have to order it with your smartphone, specifying when and where you want it. The vehicle will then come by itself. We will have a vehicle only during the time we need it. And this is the right vehicle that will come: a small car to go to work, a minivan to go on vacation with the family, a utility to go to the dump, etc.

2. Protecting the environment

It will be a huge gain for the environment, for several reasons:

  • It will not be necessary to build so many vehicles, because their use will be so highly pooled. We will consume fewer natural resources.
  • Vehicles being used more intensively, they will be replaced sooner by more efficient versions, consuming less energy. We will have less « old bangers » highly polluting on our roads.

Obstacles and disadvantages

Of course, as with anything new, all is not perfect. What are the problems of these autonomous vehicles?

1. Respect for privacy

Companies that will rent these autonomous vehicles will learn a lot about you just by studying what types of vehicles you use, when you use them, what paths you take, etc. Like all personal data, they could be used in a perverted way. Let’s hope that the legislation will have grown to better protect ourselves by then. This problem is broader, and applies to all connected devices.

2. Fewer vehicles = unemployment!

That is the eternal refrain accompanying technical innovations: it eliminates jobs, it creates unemployment. As usual, this is a short-sighted view: if indeed there will be a fleet reduction through mutualisation of vehicles, and therefore a reduction of jobs needed to make them, there will be an increase in other types job: manufacturers of sensors, electronics, software developers, service jobs to manage rentals, websites and related applications, etc. As usual, it should rather see a job transfer and not a deletion.

3. Who is responsible in case of accident?

Here is probably the number one issue on which there is still work to do. In case of accident, who is responsible? Perfection does not exist, there will inevitably be accidents. Either because of computer bugs, hardware deficiency (remember the disappearance of the plane of Air France flight 447 Rio Paris that may have been caused by a faulty sensor), unforeseen external elements, etc.

Zero risk does not exist. We will have far less accidents with these new systems, but not a complete disappearance. It is therefore necessary to think today about how to manage this problem. The global cost for society will be a lot lower than the current one.

4. Changing attitudes

Are you ready, you, to get into an autonomous vehicle and let you drive by a machine? Adoption rate may be low at the beginning; the system will have to prove its value. It will inevitably take some time before we accept these systems, but they will be used more and more and our trust will build up.

Conclusion

The first autonomous vehicles are allowed since 2011 in a state of the USA (3 more in the following years), and France is to get started. The first real scale tests started, you will soon cross your first autonomous vehicle … and maybe even ride it!

Si si, vous avez un compte facebook

Savez-vous que vous avez un compte Facebook ? Ceux qui l’ont créé eux-même le savent, bien sûr. Je parle de ceux qui n’ont pas créé de compte Facebook et pensent donc qu’ils n’en ont pas.

J’exagère un peu, en fait il vaudrait mieux dire :

Si vous avez une adresse email connue de quelques correspondants,
alors vous avez un compte Facebook
.

Si vous lisez ce texte sur internet, alors il est fort probable que vous ayez une adresse email et donc un compte FB.

Mais comment est-il possible d’avoir un compte sur un site web auquel on n’a ni donné ses coordonnées ni demandé la création d’un compte ? L’explication n’est pas si compliquée. Il faut savoir que FB est un réseau social, qui n’a donc d’intérêt que si on se connecte à un maximum de personnes (ou de groupes). Le plus simple pour se connecter aux personnes qu’on connait est proposé par FB : leur envoyer votre carnet d’adresses. Ils peuvent ainsi vérifier d’un coup toutes les adresses email de vos connaissances, et pour celles qui ont un compte FB, proposer immédiatement de les ajouter aux amis. C’est très pratique (passons sur les aspects liés à la vie privée).

Mais pour toutes les adresses qui ne sont pas associées à un compte existant, que fait FB ? Elles sont enregistrées, gardées en mémoire et associées chacune à un compte « fantôme » ou « inactif ». En même temps, FB note que ce compte pourrait être lié à celui qui vient d’envoyer tout son carnet d’adresses… ça pourra servir plus tard.

Exemple :

  1. Luke va sur FB se créer un compte, et envoie tout son carnet d’adresses, contenant notamment celles de Leia et Han. Leia a déjà un compte, FB propose donc à Luke de lui envoyer une demande pour être amis. Han, par contre, n’est pas sur FB. Mais FB garde en mémoire que l’adresse email de Han est dans le carnet d’adresses de Luke.
  2. Plus tard, Han se crée un compte FB. Il entre donc son adresse email, celle qui est dans le carnet d’adresses de Luke. FB détecte que cette adresse email était déjà dans le carnet d’adresses de Luke, et donc hop ! FB lui indique « Luke est déjà sur FB, devenez ami avec lui ! »
  3. Han se dit alors que FB est formidable, il lui propose directement ses amis.

D’un point de vue technique, c’est plutôt bien pensé. Et logique pour un service dont la structure se base sur les connexions entre les utilisateurs.

D’un point de vue éthique, il en va tout autrement : même si vous n’utilisez pas FB, cette entreprise états-unienne possède un grand nombre d’informations vous concernant : votre adresse email, donc probablement vos noms et prénoms, les personnes avec qui vous êtes en relation (parmi celles qui ont un compte FB).

Véhicules autonomes, et plus vite que ça svp !

Les véhicules autonomes arrivent, voici pourquoi je les attends avec impatience. Oui ils vont bouleverser notre quotidien, directement et indirectement, mais ces changements peuvent être très bons pour nous.

Qu’est-ce qu’un véhicule autonome ?

Un véhicule est dit autonome s’il peut rouler automatiquement et en toute autonomie dans le trafic réel et sur une infrastructure non spécifique sans l’intervention d’un être humain (merci Wikipedia ^_^).

Le premier exemple est la voiture sans conducteur : elle est capable d’effectuer un trajet sans qu’une personne soit au volant. Elle peut aller d’un endroit à un autre sans qu’un être humain la conduise : elle se base sur plusieurs outils comme le GPS, des caméras et d’autres capteurs, plus une grosse dose d’informatique. Ses caméras agissent un peu comme nos yeux : elles peuvent détecter la route, les peintures au sol, les trottoirs, les fossés, etc. et donc rester au bon endroit sur la chaussée. Elle repère les obstacles (autres véhicules, piétons, etc.) et agit en conséquence : ralentir, contourner, s’arrêter, redémarrer, etc. Elle peut le faire sur les routes existantes, sans qu’elles soient modifiées ou équipées différemment, et en même temps que d’autres véhicules (autonomes ou non).

Avec une voiture autonome, vous n’aurez plus besoin de vous concentrer sur la conduite. Vous pourrez alors faire autre chose pendant le trajet : lire, discuter, téléphoner, regarder une vidéo, dormir, etc.

D’autres véhicules que les voitures sont concernés : transports en commun, transports de marchandises, livraisons et autres.

Fin mai 2014, il y a quelques jours, Google a présenté son véhicule autonome : il n’a même pas de volant ni de pédale !

Les premiers gains

Dans un premier temps, nous allons gagner le temps que nous perdions à conduire. C’est déjà important, mais il y aura rapidement d’autres gains :

  • Moins de fatigue, moins de stress. La conduite est une activité stressante, fatigante. Une fois un trajet terminé, nous sommes généralement plus fatigués qu’au début. Avec les véhicules autonomes, ce sera parfois le contraire : rien de tel qu’une petite sieste pour regagner en énergie !
  • Économies de carburant et usure moindre de la voiture : les logiciels qui conduisent à notre place sont meilleurs que nous pour avoir le régime moteur qui consomme le moins selon la vitesse. Ils anticipent mieux le freinage : les plaquettes de frein sont moins usées. La conduite est plus douce, avec moins d’à-coups : la voiture durera plus longtemps.
  • Moins d’accidents : le nombre d’accidents va baisser, car ces véhicules autonomes respecteront mieux le code de la route : vitesses, distances de sécurité, etc. Ils ont de meilleurs réflexes que nous. Mais surtout, quand ils se généraliseront, une intelligence supplémentaire apparaitra : les véhicules pourront communiquer entre eux pour adapter leur vitesse les uns aux autres, optimiser leur passage dans les croisements, bref circuler plus intelligemment.

Les gains induits

En plus des premiers gains listés ci-dessus, d’autres arriveront rapidement :

1. Ne plus posséder une voiture, mais avoir plusieurs véhicules

Comme pour beaucoup de personnes, la voiture est pour moi plus une contrainte et une source de coût qu’un objet de plaisir. La conduite n’est pas une activité qui me passionne, même si je peux comprendre que ce soit le cas pour d’autres. En fait, posséder une voiture me gonfle à un point !!!

Son taux d’utilisation est très faible : quelques dizaines de minutes par jour en moyenne. Il faut penser à l’entretenir. Il faut vérifier régulièrement tous ses éléments de sécurité (niveaux, usure et pression des pneus, état général, ampoules, etc.). Elle n’est pas toujours adaptée à mon besoin : j’ai un monospace  qui est adapté à mes déplacements en famille (j’ai plusieurs enfants), mais pas à mes trajets domicile – travail ni aux départs en vacances (il faut ajouter un coffre de toit) ou aux aller-retours à la déchetterie.

Avec les véhicules autonomes, il sera trivial de généraliser la location, car on le commandera simplement avec son smartphone en précisant quand et où : le véhicule viendra tout seul. Donc on pourra n’avoir un véhicule que pour le moment où on en a besoin. Et c’est le bon véhicule qui viendra : une petite citadine pour aller au boulot, un mono-space pour aller en vacances avec la famille, un utilitaire pour aller à la déchetterie, etc.

2. Protéger l’environnement

Ce sera un gain énorme pour l’environnement, pour plusieurs raisons :

  • Il n’y aura plus besoin de fabriquer autant de véhicules qu’actuellement, car leur utilisation pourra être hautement mutualisée. Nous consommerons donc moins de de ressources naturelles.
  • Les véhicules étant utilisés plus intensivement, ils seront remplacés plus rapidement par des versions plus performantes, moins consommatrice en énergie. Nous aurons moins de « vieux tacots » très polluants sur nos routes.

Les obstacles et inconvénients

Comme dans toute nouveauté, tout n’est pas rose. Quels sont donc les inconvénients de ces véhicules autonomes ?

1. Le respect de la vie privée

Les entreprises qui vous loueront ces véhicules autonomes apprendront beaucoup de choses sur vous, rien qu’en étudiant quels types de véhicules vous utilisez, et pour quels trajets. Comme toutes les données personnelles, elles pourraient être utilisées de manière détournée. Espérons que la législation aura progressé pour mieux nous protéger d’ici là. Notons que ce problème de respect de la vie privée est bien plus général, et concerne tous les objets connectés, qui sont de plus en plus nombreux.

2. Moins de véhicules = du chômage !

Ça, c’est l’éternelle rengaine qui accompagne les nouveautés techniques : cela supprime des emplois, ça crée du chômage. Comme d’habitude, c’est une courte vue : si effectivement il y aura une réduction du parc automobile grâce à la mutualisation des véhicules, et donc une diminution des emplois nécessaires pour les fabriquer, il y aura également une augmentation d’autres types d’emploi : les fabricants de capteurs, d’électronique embarquée, les concepteurs de logiciels, les emplois de service pour gérer les locations, les sites web et applications associées, etc. Comme d’habitude, il faut plutôt voir un transfert d’emplois et pas une suppression.

3. Qui est responsable en cas d’accident ?

Voici probablement le problème numéro 1, sur lequel il reste du travail à faire. En cas d’accident, qui est responsable ? La perfection n’existant pas, il y aura forcément des accidents. Soit à cause de bugs informatique, de déficience matérielle (rappelez-vous de la disparition de l’avion du vol 447 Air France Rio Paris qui aurait été causée par une sonde déficiente), d’éléments externes imprévus, etc.

Le risque zéro n’existe pas. Les accidents devraient être en très forte baisse avec ces nouveaux systèmes, mais leur suppression totale n’est pas possible. Il est donc nécessaire de réfléchir dès aujourd’hui à comment gérer ce problème.

4. Changement de mentalités

Êtes-vous prêt, vous, à monter dans un véhicule autonome et à vous laisser conduire par une machine ? Les débuts seront difficiles, le système devra faire ses preuves. Il faudra inévitablement un certain temps avant que nous acceptions ces systèmes, mais plus ils seront utilisés et plus nous aurons confiance en eux.

Conclusion

Les premiers véhicules autonomes sont autorisés depuis 2011 dans un état des États-Unis (3 de plus les années suivantes), et la France est en train de s’y mettre. Les premiers tests grandeurs nature ont démarré, vous allez bientôt croiser votre premier véhicule autonome… et peut-être même monter dedans !

 

Les bitcoins en pratique

Maintenant que vous savez ce que sont les bitcoins, voyons un peu concrètement comment ça marche :

  • Comment obtenir des bitcoins
  • Les achats dans la vie de tous les jours : la baguette de pain ou l’achat en ligne
  • Remplacement ou complément des euros ?

Comment obtenir des bitcoins

Si on veut dépenser des bitcoins, il faut déjà en avoir. Mais comment ?

Ça dépend si on parle de maintenant ou dans quelques années. Maintenant, début 2014, ce n’est pas forcément facile. Il faut aller sur une place de marché en ligne (comme bitcoin-central.net, bitcoin.de, etc.), y ouvrir un compte, y transférer des euros, attendre que le compte soit validé et le transfert effectué, et alors seulement on peut acheter des bitcoins. Il ne reste plus qu’à les transférer dans son porte-monnaie (wallet) en local, mais ça c’est facile et rapide.

En ce moment (février 2014), des distributeurs de bitcoins sont mis en place dans certaines grandes villes d’Amérique du nord : vous insérez un billet et la machine vous imprime un code QR à scanner pour créditer votre compte des bitcoins correspondants. Facile, simple, rapide… mais pas dispo en France à l’heure où j’écris ces lignes.

Autre possibilité : vendre un bien ou un service et demander à se faire payer en bitcoins… mais encore faut-il avoir quelque chose à vendre ET trouver un acquéreur pouvant payer en bitcoins.

Dans quelques années, il sera possible de se faire payer tout ou partie de son salaire en bitcoins, certains salariés le demandent déjà (ok, des salariés de startup dans la Silicon Valley).

Les achats dans la vie de tous les jours

Voyons quelques cas de figure de la vie courante :

La classique baguette de pain

Prenons le cas classique de la baguette de pain. La seule manière de le faire, actuellement, c’est avec des pièces sonnantes et trébuchantes, éventuellement un billet (mais votre boulangère ne vous fera pas le sourire habituel). Les solutions comme moneo ou équivalent n’ont pas été adoptées : trop chères, à la fois pour l’utilisateur et pour les commerçants. Mais avec le bitcoin, c’est possible : il faut « juste » avoir son smartphone avec soi… et honnêtement, qu’avez-vous le plus souvent dans la poche : quelques pièces de monnaie ou votre smartphone ? Mmm ?

Avec votre smartphone, donc, vous scannerez le code correspondant au prix à payer, et… c’est tout. Terminé, c’est payé !

Et le montant peut-être plus élevé que la baguette de pain de notre exemple : il n’y a pas de limite, ni basse ni haute.

Un achat sur internet

Autre cas : un achat sur internet. Comment faites-vous actuellement ? Les moyens de paiement les plus utilisés sont la carte bancaire et Paypal. Parfois un chèque à envoyer par la poste ou un virement de compte à compte, mais ces derniers prennent du temps, nous ne sommes plus dans l’instantané.

Pour payer avec des bitcoins, le commerçant publie une adresse, qui peut être sous cette forme :

1icJUc3TzeHqiaxhFJadY28rrskrMKYUW

ou bien celle-ci :

Dans le premier cas, vous copiez / collez l’adresse dans votre logiciel de gestion des bitcoins. Dans le 2ème cas, vous utilisez votre smartphone pour scanner le code QR (sur l’écran de votre ordinateur). Ensuite vous entrez le montant et vous envoyez. C’est tout !

Remplacement ou complément des euros ?

Tout d’abord, ces bitcoins ne vont probablement pas remplacer vos euros, dollars ou autre. Ils viendront d’abord en complément, comme méthode alternative et plus pratique pour certains usages. Vous pourrez bien sûr continuer à utiliser votre monnaie habituelle.

Dans un premier temps, on peut imaginer que les bitcoins seront d’abord utilisés pour les achats ou transferts d’argent sur internet : c’est leur principale force car c’est une monnaie virtuelle et qui permet des transferts quasi-gratuits et quasi-instantanés. Il n’y a pas de montant minimum, et les frais sont nuls ou insignifiants. Comparez cela à l’offre la plus connue offrant un service similaire : Paypal vous ponctionne au minimum 3,4% de frais plus une partie fixe de 0,25 €.

Il faut voir les bitcoins comme la suite logique de l’évolution suivante (un peu simplifiée) :

  • D’abord, nous avions uniquement des pièces (je ne compte pas le troc, on parle ici de monnaie)
  • Ensuite sont arrivés les billets de banque, nous étions encore dans le matériel
  • Avec les comptes bancaires nous avons pu commencer à payer par chèque.
  • La carte bancaire est une version plus moderne du chèque, mais il faut quand même avoir ce petit morceau de plastique (au moins ses numéros).
  • Avec internet s’est développé Paypal.
  • Maintenant nous avons les bitcoins.

Tous ces moyens sont apparus car ils répondaient à un besoin, et ils survivent car le besoin est toujours là (je pourrais en profiter pour en rajouter une couche sur monéo… mais non, oublions-le 🙂 ).

Les bitcoins ne sont que la suite logique : ils viennent en plus de ces moyens existants, et seront adoptés pour de nombreuses raisons : rapidité du transfert, frais nuls ou insignifiants, système décentralisé, etc.

Pour les commerçants, gérer des bitcoins n’est pas forcément facile. Et si l’effort à fournir est énorme pour pouvoir accepter les bitcoins, peu de commerçants les accepteront. C’est pourquoi certaines sociétés commencent à proposer le service suivant : permettre aux commerçants d’accepter un paiement en bitcoins, mais en étant immédiatement crédités en euros. Autrement dit, les commerçants peuvent accepter les bitcoins sur le même principe qu’ils acceptent les cartes visa/CB… mais pour beaucoup moins cher et sans être lié à un organisme qui peut à tout moment couper les tuyaux.

Où dépenser mes bitcoins

Maintenant que vous avez des bitcoins, il faut les dépenser, non ? voici un site web qui liste des commerçants acceptant des bitcoins :

Oui, il est actuellement possible de lister les commerçants acceptant des bitcoins : ça veut dire qu’il n’y en a pas tant que ça. Mais bientôt, ce ne sera plus possible.

Nous passerons rapidement de « Nous acceptons les bitcoins » à « Nous préférons les bitcoins » 😉

Bitcoins : bulle ou révolution ? (monnaie électronique)

Logo bitcoinLa première partie de cet article explique et rappelle le bitcoin, passez directement à la suite si vous connaissez déjà.

Introduction : la dématérialisation

Avant de vous parler du bitcoin, voici une petite intro :

Vous connaissez la dématérialisation ? Le terme vous est peut-être inconnu, mais vous connaissez le principe : ça consiste à passer du physique au virtuel. Exemples :

  • de la feuille de papier au fichier informatique ODT ou DOC

  • du CD au fichier MP3

  • du DVD au fichier AVI

  • du livre au fichier PDF ou EPUB

  • etc.

Jusqu’où peut aller ce passage du physique au virtuel ? Peut-on TOUT dématérialiser ? Une tasse, par exemple : c’est un objet physique, donc non dématérialisable, pas de doute. Et pourtant, la frontière n’est pas toujours évidente :

Si vous voulez une nouvelle tasse, vous devez aller la chercher dans un magasin, ou bien vous la faire livrer. Pas moyen de simplement la télécharger sur internet avec votre ordinateur ? Si si, c’est possible, mais une fois téléchargée il vous faudra l’imprimer avec une imprimante 3D. Ce n’est pas encore tout à fait faisable par tout le monde, ni très pratique. Mais ça vient, de nombreuses personnes y travaillent.

La dématérialisation s’accompagne souvent d’une décentralisation. Cela signifie qu’il n’y a tout simplement plus besoin d’un intermédiaire plus ou moins centralisé et obligatoire. Dans les exemples ci-dessus : l’imprimeur, la maison de disque, le producteur du film, la maison d’édition. Une fois dématérialisé, vous et moi pouvons facilement produire, dupliquer, modifier, distribuer ce qui est virtuel. Le plus souvent avec un simple ordinateur et une connexion internet, en toute autonomie.

Et l’argent dans tout ça ? Est-il physique ou virtuel ? Les premières pièces de monnaie étaient bien physiques : en or, argent, cuivre, bronze ou même coquillages. Et s’il y a bien une chose qui soit centralisée dans notre monde, c’est l’argent, contrôlé par les états et leurs banques centrales.

Et même si notre argent est de plus en plus virtuel, un simple nombre stocké dans l’ordinateur de notre banque (en gros), il est toujours hyper centralisé, très contrôlé.

Mon introduction est terminée : nous pouvons maintenant parler du bitcoin : une monnaie virtuelle et décentralisée.

Qu’est-ce que le bitcoin ?

Le bitcoin est récent, sa définition est assez élastique. Prenons la définition de Wikipedia :

Bitcoin est une monnaie électronique distribuée (crypto-monnaie). Elle permet le transfert d’unités appelées bitcoins à travers le réseau Internet. Les bitcoins ainsi échangés ont vocation à être utilisés en tant que devise monétaire et comme moyen de paiement dans cette devise.

C’est une définition trop simple pour être complète, nous y reviendrons plus tard pour être plus précis.

Le premier usage, donc : une monnaie. Comme les francs, les euros, les dollars, etc. On peut se faire payer en bitcoins pour la vente d’un bien ou d’un service, et inversement on peut l’utiliser pour nos achats. Voilà.

C’est tout ? Non bien sûr. De nombreuses questions surgissent alors :

1. Où je les stocke ? Dans mon tiroir ? Dans une banque ?

Vous vous rappelez de mon intro, sur la dématérialisation et la décentralisation ? On est en plein dedans : vous les stockez dans un fichier, sur le disque dur de votre ordinateur ou la mémoire de votre smartphone. Tout simplement. Plus de pièces ou de billets, juste un fichier wallet.dat.

2. Mais si je perds mon fichier, je perds mon argent ?

Oui, comme quand vous perdez une pièce ou un billet, c’est pareil. Cette fois-ci il va vraiment falloir penser à faire des sauvegardes, votre fichier wallet.dat aura plus de valeur que le dernier MP3 téléchargé ou le dernier épisode de votre série préférée.

3. Comme tous mes fichiers (ODT, JPG, MP3, etc.), je peux les copier coller et en créer d’autres, alors ?

Non, sinon ça n’aurait aucun intérêt comme monnaie, qui doit par définition être difficile à fabriquer (comme l’or qu’il faut extraire puis travailler, ou les billets de banque très compliqués à imprimer). C’est à ça que servent les termes “crypto” et “distribuée” dans la définition ci-dessus. Le système est conçu pour qu’un bitcoin ne puisse être qu’à un et un seul endroit (là encore j’ai simplifié, en réalité c’est un peu plus complexe). Pour plus de détails, voyez ici comment marche le bitcoin.

4. Concrètement, comment ça marche ?

Un simple logiciel installé sur votre ordi ou votre smartphone permet d’envoyer et de recevoir des bitcoins, et c’est très facile.

  • Pour recevoir des bitcoins : communiquez votre adresse de réception (vous pouvez en avoir autant que vous voulez).

  • Pour envoyer des bitcoins : entrez le montant et l’adresse du destinataire.

C’est tout, ça ne prend que quelques secondes. Pas besoin d’aller dans une agence bancaire, d’attendre quelques jours à cause des dates de valeur, d’attendre un jour ouvré, etc. Pas d’intermédiaire : les bitcoins envoyés sont reçus quasi-instantanément (et confirmés quelques temps plus tard).

Rien de vaut un bon exemple : si vous voulez m’envoyer des bitcoins vous pouvez le faire à cette adresse :

1icJUc3TzeHqiaxhFJadY28rrskrMKYUW

Encore plus simple : flashez le QR code suivant :

5. Si c’est aussi simple, ça peut servir aux trafiquants de drogue !

Heu… ben oui, comme les monnaies classiques. Dans ce domaine comme dans d’autres, la virtualisation et la décentralisation simplifient les choses. Une plateforme de vente de drogue utilisant des bitcoins a d’ailleurs récemment été démantelée : Silk Road.

Virtualiser une monnaie ? Quelles conséquences ?

Si les techniques qui sont derrière Bitcoin vous intéressent, vous trouverez énormément d’informations sur internet. Mais vous pouvez vous en passer autant que la technique derrière les formats de fichiers ODT, MP3 ou PDF : on peut tout à fait les utiliser sans être expert. Ce n’est pas le but de cet article, je vais donc passer les difficultés techniques pour m’intéresser aux aspects pratiques, légaux, sociaux.

Sur le principe, c’est simple :

On peut maintenant virtualiser et décentraliser une monnaie aussi facilement qu’un livre, une chanson ou un film.

Et si vous avez un peu suivi ce qui s’est passé quand l’échange de musiques et de films est devenu facile grâce à internet, imaginez un peu ce qui va se passer avec la monnaie ! Le MP3 et l’AVI, avec les protocoles d’échange (peer-to-peer, torrent, streaming, etc.) ne gênent “que” les majors. C’est quand même assez anecdotique, il n’y a pas de quoi déclencher une 3ème guerre mondiale. Avec le bitcoin, on parle des banques et des gouvernements ! Les implications ne sont plus du tout les mêmes.

L’Histoire se répète : encore une fois, des intermédiaires jusqu’ici indispensables deviennent obsolètes. C’est positif pour tout le monde sauf eux bien sûr : les utilisateurs ont plus d’autonomie, plus de contrôle. Le système devient plus efficace, moins coûteux. C’est bon pour notre pouvoir d’achat, l’argent économisé ici pourra servir utilement ailleurs. Mais bien sûr, ils ne vont pas se laisser faire. La Banque de France a d’ailleurs publié un communiqué de presse fin 2013 pour crier au monde que le bitcoin est dangereux, mais sans préciser que c’est pour elle qu’il est dangereux. Pas pour vous, au contraire !

La virtualisation, accompagnée de sa décentralisation, est déjà un progrès, comme on l’a vu auparavant pour les autres technologies (1000 chansons dans la poche sur un lecteur MP3 de la taille d’un paquet d’allumettes, ou des centaines de livres sur une tablette de 700gr, etc.). C’est plus pratique pour soi, et ça permet en plus d’autres usages. Pour le bitcoin, quels peuvent bien être ces autres usages ? En voici quelques exemples :

  • Virements à plus de 2 participants. Traditionnellement, quand on fait un virement bancaire, c’est entre 2 comptes : un émetteur et un récepteur. Point. Avec Bitcoin, on peut imaginer un virement avec plusieurs émetteurs et un récepteur, le virement n’étant finalisé que quand tous les émetteurs ont envoyé l’argent. Pas besoin de passer par un intermédiaire qui fera les vérifications et qu’il faudra rémunérer. Exemple : vous décidez, avec 2 amis, de louer un gîte pour les vacances. Chacun paie un tiers de la somme en bitcoins, directement au propriétaire du gîte : la transaction ne sera définitive que si les 3 paiements sont effectués. Si un seul fait faux bond, alors tout est annulé, automatiquement. Sans frais.
  • Levée de fonds : vous voulez récolter de l’argent pour un projet, qui ne pourra se faire que si vous levez un minimum de fonds. Des plateformes de crowdfunding existent, mais ce sont des intermédiaires qu’il faut rémunérer, et la gestion de centaines ou milliers de dons n’est pas évidente. Avec Bitcoin, on pourra effectuer une telle levée de fonds facilement : elle ne sera effective que si la somme requise est atteinte dans le temps imparti, sinon elle sera automatiquement annulée. Exemple : vous organisez une opération humanitaire, pour laquelle il vous faut 10.000 euros dans les 2 mois, et vous lancez un appel aux dons. Chacun peut donner ce qu’il veut, librement. Avec Bitcoin, vous indiquez le montant à obtenir et la date limite. Chacun donne, et si la somme est atteinte avant la date butoir, les transactions sont confirmée et le résultat vous parvient. Au contraire, si la somme n’est pas atteinte quand on arrive à la date limite, alors les bitcoins sont retournés à leur propriétaire.
  • En gros, on peut « programmer » ces opérations, avec toute la souplesse qu’offre l’informatique et la puissance qu’offre le réseau (internet). Les possibilités sont multiples, et la réalité de demain dépassera ce que nous pouvons imaginer aujourd’hui.

Au final, c’est une bulle ou une révolution ?

De nombreuses personnes clament haut et fort que c’est une bulle, qui éclatera. Peut-être, mais ce n’est pas mon avis. Je suis persuadé que la technologie à la base de cette monnaie virtuelle n’est que la base, que le début d’une multitude d’outils qui restent à inventer.

Il faut voir Bitcoin comme une technologie nouvelle, balbutiante. Un peu comme les débuts du web, un des protocoles les plus connus d’internet. Quand le web a fait ses premiers pas, au début des années 1990, qui aurait pu prédire les outils que nous avons actuellement, comme Facebook, Twitter, les ENT, les outils Google comme Gmail, Gdrive, etc. ? Tous ces outils sont basés sur le web, mais ils sont aux premières pages web ce que le dernier monospace est à la deudeuche 😉

La monnaie virtuelle, avec ses bitcoins, n’est qu’une des nombreuses possibilités qu’offre la technologie Bitcoin.

Certains ne voient les bitcoins que comme un moyen de spéculer : acheter pas cher, revendre cher. C’est la facette la plus médiatisée (selon vos sources d’information bien sûr, je parle ici des médias sans journalistes qui réfléchissent grand-public).

Il y a également une part de confiance. Il ne s’agit plus de confier quelques textes ou musiques à une nouvelle technologie, mais de l’argent. Le risque est donc plus grand, mais les gains également. Quand je parle de gains, ici, je parle d’efficience et de simplicité dans notre vie de tous les jours, d’indépendance par rapport à des organismes qui abusent parfois (souvent) de leur position (les banques).

Les banques et les états laisseront-ils faire ? Pas au début, non. Ils commenceront par combattre cette technologie, mais sa mise en place est inéluctable. L’histoire le montre en permanence : quand une nouvelle liberté est gagnée, c’est pour toujours. Il peut y avoir des reculs, mais ils ne sont que temporaires : reculer de 2 pas pour avancer de 3, c’est toujours avancer.

Conclusion

Comme toute nouvelle technologie, le Bitcoin ne s’imposera que s’il est adopté, que si les utilisateurs lui font confiance. Une chose est sûre, il en a le potentiel. Nous n’en sommes qu’aux premiers pas de cette nouvelle technologie, dans quelques années nous l’aurons tous dans la poche et nous nous demanderons comme nous faisions avant.

Annexe

Les puristes crieront au scandale à la lecture de cet article, où je mélange Bitcoin (le protocole) et les bitcoins (la monnaie). Si vous voulez creuser ces notions, voici quelques liens :